Camps de Tindouf: La direction du Polisario entre deux feus

defectionLes dirigeants du Front Polisario et à leur tête son inamovible secrétaire général, Mohamed Abdelaziz sont bombardés ces derniers jours de tous les côtés, même de l’extérieur des camps de Tindouf.

Outre les dures gifles « diplomatiques » qu’il a reçues du Maroc et de l’Union européenne, le Polisario a été la cible de nombreuses critiques et attaques émanant de jeunes et d’ONG Sahraouis dans les camps de Tindouf ou établis à l’étrangers notamment en Europe.

De jeunes Sahraouis originaires des camps de Tindouf et vivant en Europe, ont adressé des lettres au Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) lui demandant de presser les autorités d’Alger et la direction du Polisario afin qu’elles mettent fin au calvaire des populations sahraouies et au blocus qui leur imposé dans le désert algérien.

Mohamed Abdelaziz et ses lieutenants déjà malmenés ces derniers temps par des vagues de manifestations de protestations parfois violentes organisées par des habitants des camps très mécontents de leurs conditions de vie précaires et de leur avenir incertain, voilà qu’un nouveau groupe de miliciens de la soi-disant armée du Polisario, vient d’annoncer sa défection sur les réseaux sociaux.

En apprenant cette nouvelle qui tombe au mauvais moment, le chef du Polisario a convoqué une réunion d’urgence de sa vieille garde à Rabouni, devant laquelle il a piqué une crise de nerfs, traitant ses lieutenants de «bons à rien», rapporte un dissident sahraoui marocain joint par téléphone à Rabouni.

Selon la même source, Mohamed Abdelaziz a révélé lors de cette réunion restreinte, que le commandement du DRS (espionnage militaire algérien) lui demande à présent, un rapport détaillé sur les mobiles et les circonstances des récentes «désertions de soldats».

Dans une vidéo retransmise par la télévision marocaine régionale de Laâyoune, et postée sur You Tube et sur les pages d’autres réseaux sociaux, cinq miliciens du Polisario ont annoncé leur défection et leur ralliement au Mouvement des jeunes pour le changement dans les camps de Tindouf.

Les déserteurs sahraouis ont même menacé de mener une action armée si Mohamed Abdelaziz et ses proches collaborateurs, particulièrement mlitaires, dont le dit ministre de la défense, Mohamed Lamine Bouhali, ne présentaient par leur démission. Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*