La LMDDH fustige les persécutions dans les camps de Tindouf

LMDDhLa Ligue marocaine de défense des droits de l’Homme (LMDDH) a brossé un tableau noir sur les violations des droits de l’homme et les persécutions dans les camps de Tindouf en Algérie.

Les conditions de vie des réfugiés de Tindouf ont été aggravées par les détournements massifs des aides humanitaires internationales.

Dans un communiqué publié à l’issue d’une récente réunion de sa section à Mohammedia, placée sous le signe « la situation des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf à la lumière des nouvelles donnes de la résolution N 2218 du 28 avril 2015 adoptée par le Conseil de sécurité ainsi que de la résolution du Parlement européen (PE) relatives au Sahara”, la ligue marocaine a appelé à la levée du blocus imposé de longue date, à ces réfugiés originaires du Sahara marocain, les privant de leurs libertés de mouvement et d’expression et du libre choix de leur destin.

Les intervenants ont aussi insisté sur l’impératif de recenser ces Sahraouis comme l’a exigé récemment le Conseil de sécurité de l’ONU.

Ils invitent en outre, le Parlement européen à suspendre les aides humanitaires européennes destinées aux populations des camps de Tindouf, suite à leurs détournements par les pontes du Polisario et des responsables algériens. Ce scandale a été dévoilé par de nombreux rapports, dont le dernier en date est celui de l’Office européen de Lutte Anti-fraude (OLAF) qui a confirmé, preuves à l’appui, les détournements massifs et bien organisés des aides humanitaires sur le sol algérien, dont les produits sont ensuite vendus aux populations des camps ou écoulés au noir en Algérie et dans les pays voisins.

La LMDDH fait également endosser aux autorités algériennes la responsabilité des violations des droits de l’Homme dont sont victimes les habitants des camps de Tindouf pourtant placés sous la tutelle de l’Algérie, pays hôte.

La Ligue marocaine a par ailleurs, appelé la Coordination Maghrébine des Organisations des Droits Humains (CMODH) à mettre en place une commission d’enquête pour cerner de près les cas de violation des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf, établir un rapport détaillé dont les conclusions seront soumises à l’ONU afin d’agir en conséquence conformément aux instruments internationaux des droits de l’Homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*