Le Polisario dépité par le rejet en Suède d’une motion demandant la reconnaissance de la «RASD»

Le 39ème Congrès des Sociaux-démocrates suédois (SAP-Sveriges Socialdemokratiska Arbetareparti), qui se tient du 8 au 12 avril à Göteborg, a rejeté dimanche à l’unanimité une motion proposée par des députés de ce parti exhortant une nouvelle fois, le gouvernement suédois à reconnaître officiellement la prétendue république sahraouie «RASD».

Le Congrès des Sociaux-démocrates au pouvoir à Stockholm depuis les législatives de septembre 2014, a adopté ce dimanche, la décision du bureau du parti social-démocrate des travailleurs, rejetant «à l’unanimité (90% des votants) la motion proposée par quelques membres de reconnaître l’entité chimérique », nous a confié une source diplomatique marocaine en Suède.

A travers cette décision, le parti suédois n’a fait que confirmer la position officielle du gouvernement de Stefan Löfven qui avait déjà rejeté en janvier 2016, l’idée d’établir des relations diplomatiques avec la chimérique république sahraouie que le régime algérien s’entête à imposer à tout prix, à la communauté internationale, alors que ladite «RASD» n’est même pas reconnue par l’ONU.

Le congrès des sociaux-démocrates, précise-t-on, a réitéré dans sa résolution, son soutien au processus de l’ONU visant le règlement du litige territorial maroco-algérien autour du Sahara par Polisario interposé. Pour la ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, également membre du Bureau politique du SAP, une quelconque reconnaissance de la prétendue république sahraouie «n’aurait pas été conforme avec le droit international et n’aurait pas servi les Sahraouis eux-mêmes».

Le Congrès des Sociaux-démocrates qui a rassemblé plus de 4000 délégués, a vu la participation d’une trentaine de partis politiques, dont l’Union socialiste des forces populaires (USFP), représentée par Khaoula Lachguar aux côtés de l’ambassadrice du Maroc en Suède, Amina Bouayach.

Le Polisario qui ne rate pas de telles occasions pour étaler en public sa propagande et ses allégations mensongères et quémander des aides humanitaires, y a dépêché une délégation conduite par son représentant auprès de l’UE, Mohamed Sidati accompagné deux autres séparatistes.

C’est donc un cinglant camouflet que le Polisario vient d’encaisser avec grande amertume, en terre suédoise où il espérait décrocher le sésame qui lui balisera la voie dans les autres pays scandinaves pour une désespérée reconnaissance de sa république autoproclamée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*