La télévision du Polisario saccagée par les jeunes Sahraouis déchaînés de Tindouf

De jeunes Sahraouis désœuvrés victimes de la répression et du laissé-pour-compte dans les camps de Tindouf, se sont pris jeudi dernier, au siège de la télévision du Front Polisario, qu’ils ont totalement saccagé, rapportent des témoignages en provenance du camp de Rabouni qui abrite le QG du Front.

Les jeunes mécontents sahraouis, précisent les mêmes sources, ont mis à sac les locaux de la télévision. Rien n’a été épargné ni appareils de transmission, ni régies, ni même les câbles d’alimentation électrique. Fortement endommagée, la boîte de propagande du Front, nécessitera plusieurs semaines de travaux avant de reprendre la transmission de ses programmes. Et c’est bien entendu une société algéroise qui a été désignée par le Front, pour la réparation des dégâts occasionnés et comme d’habitude, la note lui sera réglée aux frais du contribuable algérien.

Une fois avisée, la direction du Polisario n’a pu que lâcher les brides à ses miliciens armés pour engager une chasse-poursuite contre les auteurs du saccage qui a tout l’air d’un acte revanchard.

Ces derniers temps, les jeunes sahraouis semblent bien résolus à exprimer leur ras-le-bol en s’attaquant directement aux symboles du Front Polisario, pour avoir été dupés et bernés pendant quarante ans, par les promesses d’un lendemain meilleur qui tarde à venir.

Normalement les informations sur ce genre d’incidents ne filtrent jamais des camps de Tindouf en raison du blocus manu militari qui leur sont imposé, par le chef du Polisario, Brahim Ghali et ses lieutenants avec l’appui et le soutien logistique de l’armée algérienne. Mais, ces contestataires sont bien déterminés à faire entendre leur voix face à l’impasse dans laquelle se trouve le dossier du Sahara et suite aux nombreux camouflets et échecs essuyés par leurs dirigeants sur le plan diplomatique.

D’ailleurs, la tension ne fait que monter dans les camps de Tindouf qui sont en ébullition constante.

Même la répression féroce ne dissuade plus les jeunes contestataires qui semblent prêts à braver tous les dangers et les risques pour revendiquer de meilleures conditions de vie, de la dignité et plus de liberté d’expression et de mouvement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*