Un activiste sahraoui devant la justice pour avoir arraché le drapeau du consulat marocain à Bordeaux

Le sbire séparatiste sahraoui, Ould Laâroussi, un activiste du Polisario qui a arraché le jeudi 3 août, le drapeau marocain du haut des bâtiments du consulat du Royaume à Bordeaux, a été déféré devant un tribunal français pour répondre de son acte outrageux au symbole d’un Etat souverain.

L’acte commis par le dénommé Ould Laâroussi, un nervi à la solde d’Alger et du Polisario, sera bel et bien traduit devant un tribunal de Bordeaux pour répondre de ses actes, apprend-on de source judiciaires bordelaise, rapporte le site marocain «Le360.ma».

L’activiste sahraoui s’est acharné contre le drapeau du Maroc lors d’un sit-in organisé le jeudi 3 août devant le Consulat marocain à Bordeaux, en solidarité avec les criminels du campement de Gdeïm Izik, qui ont été récemment condamnés par la justice marocaine à diverses peines carcérales pour le meurtre de onze éléments des forces de l’ordre marocaines en novembre 2010.

Le dénommé Ould Laâroussi s’est introduit dans les bâtiments du consulat marocain et a escaladé jusqu’à la terrasse pour arracher le drapeau marocain du haut de l’établissement.

Le prévenu sera non seulement condamné par la justice française mais il risque une expulsion du territoire français pour violation de l’immunité d’une mission diplomatique d’un Etat souverain qu’est le Royaume du Maroc.

La plupart des soi-disant «réfugiés sahraouis» qui parviennent à fuir les camps de Tindouf établis au sud ouest de l’Algérie, avec la complicité des dirigeants du Polisario et de l’administration du pays d’accueil qui leur accorde souvent un passeport algérien trouvent refuge en Espagne ou en France avec le concours d’ONG et d’associations locales qui les aident à s’y installer.

Mais ces expatriés qui n’arrivent pas à s’intégrer dans leur nouveau pays d’accueil, jouent souvent le trouble-fête en continuent à servir les causes perdues du Front Polisario en contrepartie de modiques sommes d’argent qu’ils perçoivent périodiquement de la direction du mouvement indépendantiste sahraoui ou des services de renseignements algériens pour les sales besognes qui leur sont confiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*