Espagne: Un pro-Polisario risque 4 ans de prison pour le détournement de fonds destinés aux camps de Tindouf

Une nouvelle affaire de détournement de fonds destinés à aider la population vivant dans les camps de Tindouf, vient d’être révélée en Espagne, où la justice poursuit le responsable d’une ONG proche du Polisario, accusé d’avoir détourné plusieurs dizaines de milliers d’euros, dans une affaire qui rappelle les détournements massifs révélés par l’OLAF, l’office européen anti-fraude en 2015.

Il s’agit d’un obscur sociologue espagnol du nom d’Oriol Homs. Fondateur du Centre pour les initiatives et les recherches européennes en Méditerranée (CERIM), Homs est connu pour ses accointances avec plusieurs dignitaires du Polisario.

Les activités prétendument destinées au soutien de la population sahraouie de Tindouf allaient, en fait, dans ses poches et celles de ses relais polisariens. Le tribunal de Barcelone l’accuse de détournement de subventions dans deux opérations. Dans la première, Oriol Homs est accusé d’avoir détourné 423.120 euros.

Une somme provenant de l’Agence espagnole de coopération et de développement pour la formation professionnelle dans les camps de Tindouf. Dans la deuxième, Oriol Homs est  accusé du détournement de 281.400 euros pour un projet d’emploi local dans les camps contrôlés par le Polisario en Algérie.

Au terme d’une enquête judiciaire menée depuis 2013, la juge Maria Cristina Ferrando a indiqué qu’il y avait « suffisamment d’indications pour l’envoyer en prison ». Oriol Homs qui risque quatre ans de prison, n’a pas trouvé d’arguments convaincants pour justifier ses malversations.

Une rapine qui est inconcevable sans des complicités dans les rangs du Polisario, alors que plusieurs responsables du front soutenu par l’Algérie avaient déjà été nommément épinglés par l’OLAF dans de vastes détournements de l’aide humanitaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*