Le Polisario fortement irrité par la participation de jeunes algériens à un sommet à Laâyoune

Les dirigeants du Polisario ont pris leur mal en patience, en faisant, bouche cousue motus, le constat de la présence d’une délégation algérienne au 2e Sommet des jeunes leaders maghrébins, qui s’est tenu ce week-end, à Laâyoune, une des provinces sud du Royaume.

Organisé par l’Union de la Jeunesse de Saqia Al Hamra et Oued Eddahab,  ce sommet a vu la participation des jeunes leaders des cinq pays maghrébins (Maroc, Algérie, Mauritanie, Tunisie, Libye) qui vont porter le flambeau de la concrétisation du rêve tant attendu de la construction de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), un projet paralysé depuis son lancement le 17 février 1989 à Marrakech, à cause notamment du conflit territorial autour de la partie occidentale du Sahara marocain.

Dans son intervention, Mohamed Salaheddine Madion de la délégation algérienne, a souligné que cet évènement regroupe des jeunes maghrébins qui croient en l’unité du Maghreb à travers le dialogue et la communication, formant le vœu que ce sommet débouche sur des propositions et des solutions aux différents problèmes auxquels sont confrontés les jeunes maghrébins.

Les dirigeants du Polisario ont perçu avec grande amertume, la présence des jeunes algériens à Laâyoune, comme un coup de poignard dans leur dos, qui en plus, leur est asséné par l’Algérie, leur principal soutien dans leur litige contre le Maroc.

C’est en effet la première fois que l’Algérie est représentée par une délégation à un grand événement organisé de surcroît à Laâyoune, ce qui constituait jusqu’à cette date, une ligne rouge à ne pas franchir aux yeux des dirigeants algériens.

Un des sites de la propagande séparatiste « Futuro Sahara« , rappelait sur un ton de profond regret, que « c’est la première fois qu’une délégation de jeunes algériens participe à une activité organisée dans la capitale du Sahara sous occupation » .

Le Site reflète à travers son article, la forte irritation de la direction du Polisario, déduit que cette «délégation algérienne veut normaliser avec le pays d’occupation ».

C’est un nouveau coup dur qu’encaissent en moins d’une semaine, les dirigeants du Polisario qui n’avaient pas encore digéré la récente nomination par le président Mohamed Ould Abdelaziz d’un nouvel ambassadeur de la Mauritanie au Maroc, annonçant un début de réchauffement entre les deux pays.

Après les ateliers de samedi, les travaux des jeunes maghrébins se sont poursuivis dimanche, avec la désignation «des ambassadeurs du sommet», l’adoption des recommandations, la signature de la charte du sommet et l’inauguration d’un mémorial dédié à cet évènement, outre des visites à différents sites et projets de développement dans la ville.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*