Sahara : La 4è Commission réaffirme son soutien au processus de règlement de l’ONU

La 4è Commission de l’Assemblée générale de l’ONU, a adopté, mercredi sans vote, une résolution réitérant son soutien au processus politique mené sous les auspices des Nations-Unies pour le règlement de la question du Sahara marocain.
La Commission a également appelé les Etats de la région à coopérer pleinement avec le Secrétaire général de l’ONU et son Envoyé personnel, et les uns avec les autres, afin de parvenir à une « solution politique qui soit mutuellement acceptable».

Autrement dit, la 4ème commission n’a fait qu’appuyer dans sa résolution, les résolutions déjà adoptées depuis 2007 par le Conseil de sécurité en perspective d’un règlement politique «juste, durable et mutuellement acceptable» du conflit du Sahara marocain.

Pour rappel, les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité depuis 2007, ont consacré la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie pour le Sahara, que l’organe exécutif des Nations Unies a qualifiée à maintes reprises d’initiative «sérieuse et crédible» pour le règlement définitif du différend territorial régional opposant le Maroc d’une part et l’Algérie et le front séparatiste le Polisario, d’autre part.

La Commission s’est par ailleurs, félicitée que les parties (maroc, Algérie, Mauritanie et le front Polisario) se soient engagées à continuer de faire preuve de volonté politique et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue afin d’entrer, de bonne foi et sans conditions préalables, dans une phase de négociation plus intensive.

Elle a en même temps pris note des efforts consentis et des faits nouveaux survenus depuis 2006, assurant ainsi l’application des résolutions du Conseil de sécurité.

A signaler que dans son intervention mardi à New-York, devant la 4ème Commission, l’ambassadeur permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale a demandé que ladite Commission de décolonisation de l’ONU se dessaisisse du dossier du Sahara, puisque le Conseil de Sécurité s’en occupe déjà depuis 1988.
Le diplomate marocain a assuré que «le maintien de la question du Sahara marocain à l’ordre du jour de la 4ème Commission se fait en violation flagrante de la Charte de l’ONU et c’est bien pour cette raison, que cette instance onusienne doit s’en dessaisir».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*