Sahara occidental: Rabat rassuré par Ban Ki-Moon sur la neutralité de l’ONU

onu-maroc-ki-moonLe Maroc a obtenu des assurances formelles de Ban Ki-Moon quand à la neutralité de l’ONU, de ses agences et de ses envoyés spéciaux, dans le traitement du dossier du Sahara Occidental.

Rabat affirme avoir reçu du Secrétaire général des Nations unies, des «garanties formelles » quand à un traitement neutre et objectif du conflit du Sahara opposant le Maroc à l’Algérie par Polisario interposé.

Dans un communiqué publié jeudi, le Cabinet royal précise que Ban Ki-Moon a informé le Roi Mohammed VI, lors d’un entretien téléphonique, qu’il avait «pris en compte, comme il se doit, les commentaires et observations du Maroc ». Il a en outre donné au souverain marocain, des « garanties formelles concernant la neutralité, l’objectivité et la transparence des responsables onusiens chargés de conduire la mission de l’ONU sur ce conflit».
Suite aux éclaircissements et aux garanties de Ban Ki-Moon, précise la même source, le Roi Mohammed VI a, de son côté, réaffirmé l’engagement du Royaume à soutenir et à faciliter le travail de l’Envoyé personnel des Nations unies au Sahara et à coopérer avec les responsables onusiens.
Le Secrétaire général de l’ONU a saisi l’occasion pour exprimer au souverain marocain, ses remerciements pour le rôle actif qu’il a joué et pour le soutien constructif du Royaume du Maroc à l’agenda des Nations Unies, concernant notamment le maintien de la paix, le développement humain ou encore la lutte contre l’extrémisme et le fanatisme.
Après avoir épuisé tous leurs subterfuges et leurs manœuvres malintentionnées, les dirigeants de l’Algérie et du Polisario ont changé le fusil d’épaule, pour attaquer le Maroc sur le terrain des droits de l’homme. Ils exigeaient en vain, l’élargissement du mandat de la MINURSO au contrôle des droits de l’homme dans la partie contestée du Sahara marocain.

Mais cette nouvelles stratégie, estiment les observateurs, semble avoir foirée puisque ni l’ONU ni son Conseil de sécurité n’ont adhéré à cette manœuvre. Même l’Union européenne a boudé cette revendication du Polisario appuyée par les gouvernants d’Alger, en étendant le dernier accord de pêche avec le Maroc à la zone maritime de ses provinces du sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*