Tindouf : Large adhésion à la décision des chioukhs opposés au Polisario

chioukh-oppoDeux semaines après la réunion des chioukhs opposés au front Polisario, les camps de Tindouf continuent de vibrer au rythme des échos provoqués par la décision historique des chefs de tribus de proclamer leur adhésion au plan d’autonomie au Sahara proposé par le Maroc.
Les participants à la réunion ainsi que la force du communiqué qui a été publié, ont reçu un écho favorable parmi les sahraouis des camps de Tindouf. Surtout que la rencontre du 17 juin s’est déroulée chez le cheikh Saleh Ould Mohamed Cheikh, l’une des figures les plus respectées par les sahraouis.

Le message envoyé par la réunion a d’ailleurs été cinglant pour le chef du Polisario. Cheikh Saleh Ould Mohamed Cheikh appartient, en effet, à la tribu des Rguibates, la plus nombreuse et la plus influente dans les camps. Un coup d’autant plus dur que Mohamed Abdelaziz fait lui-même partie des Rguibates, ce qui renseigne sur l’ampleur de l’opposition dont il fait l’objet dans son propre camp.

Mais il ne s’agit pas là du seul revers essuyé par Mohamed Abdelaziz. Les chioukhs dissidents ont poussé la défiance jusqu’à demander au roi Mohammed VI de désigner comme coordinateur avec les sahraouis de Tindouf, un certain Omar Hadrami, l’irréconciliable adversaire de Mohamed Abdelaziz.

Les deux hommes ont été parmi les fondateurs du Polisario dans les années 70, avant que leurs parcours bifurquent totalement. Alors que Mohamed Abdelaziz a été désigné par l’Algérie à la tête du front sahraoui, Omar Hadrami, alias Ali Admi, a été chargé de chapeauter la sécurité dans les camps.

Par la suite, Hadrami, un fervent opposant à l’inféodation du Polisario au pouvoir du DRS algérien, a fini par jeter l’éponge et rentrer au Maroc en 1989. Aujourd’hui, 26 après avoir quitté les camps de Tindouf, Omar Hadrami y bénéficie toujours de la même popularité.

C’est ce qui explique la proposition faite par les chioukhs au roi Mohammed VI de charger Hadrami de la coordination entre le Maroc et la population des camps de Tindouf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*