Alliance explosive Polisario – Al-Qaïda du Maghreb !

La Mauritanie vient d’annoncer l’arrestation manu militari sur son territoire de trois activistes du Front Polisario qui agissaient au sein de l’AQMI (Qaïdat Al-Jihad Fil-Maghreb Al-Islami) et la recherche se poursuit pour tenter de neutraliser le reste du réseau terroriste. Cette nouvelle confirme les différents rapports et conclusions établis par de nombreux experts et observateurs internationaux sur le danger grandissant d’une telle collusion entre le Polisario et l’AQMI qui ne peut qu’accroître les tensions et les risques de conflit.

Il est rappeler que ce n’est guère la première fois où des activistes, des combattants ou parfois des sympathisants du Polisario sont impliqués dans des cellules djihadistes d’Al-Qaïda au Maghreb ou encore participant à des opérations guerrières ou terroristes de l’organisation salafiste et djihadiste.
Des experts internationaux, ainsi que des membres avertis du Congrès américain ont à plusieurs reprises tiré la sonnette d’alarme sur une telle proximité explosive et un tel scénario effrayant et qui se confirme de jour en jour, d’autant plus que le Polisario est en pleine crise, pour ne pas dire en pleine déconfiture, car l’appui international dont l’organisation séparatiste bénéficiait  tend à diminuer, la vie dans les camps de Tindouf devient pénible et ingérable, tant les conditions d’existence et de gestion sont déplorables et le projet marocain d’autonomie interne du Sahara gagne de plus en plus d’adeptes et de soutien à l’échelle internationale.
Aussi, dans ces conditions, les sirènes du djihad islamiste deviennent-ils tentantes pour des combattants oisifs et surarmés. Mais plus grave encore, la ferveur islamiste radicale risque de déferler sur l’ensemble des miliciens du Polisario et les conduire à intégrer les forces intégristes de l’AQMI dans la région saharienne et subsaharienne menaçant ainsi de déstabilisation l’ensemble de la région du Grand Maghreb et du Sahel africain.
L’ensemble de ces ingrédients, boosté par le mouvement des réseaux mafieux spécialisés dans la diffusion et la commercialisation de la drogue, à travers l’Afrique et l’Europe, les groupes armés rebelles, à l’instar des touarègues et le grand banditisme qui s’y greffe, lié à toutes sortes de trafic et de contrebande, constitue un environnement des plus favorables au développement du terrorisme et des mouvements armés qui y prolifèrent mettant en jeu la stabilité et la sécurité de la région.
Et le Polisario devient un des éléments-clés de cette nouvelle équation !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*