Sahara Occidental: Un nouveau camouflet attend le Polisario et son parrain algérien

onu-sahara-banLes dirigeants du Polisario et leurs parrains algériens vont bientôt encaisser un nouveau camouflet dans l’affaire du Sahara Occidental, malgré les sommes faramineuses injectées à tort et à travers, dans de vaines campagnes de Lobbying anti-marocaines.
Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira, la semaine prochaine, pour adopter le projet de résolution relatif au prolongement du mandat de la Mission des Nations unies au Sahara (MINURSO).
Elaboré par les Etats-Unis, le projet de résolution devait être adopté le 23 avril courant. Néanmoins, le C.S a reporté le vote à mardi prochain pour laisser le temps à ses 15 membres, dont les cinq pays du groupe dit des Amis du Sahara (USA, France, GB, Espagne et Russie), d’étudier le projet américain qui leur a été soumis un peu tardivement.
A la grande surprise des adversaires du Royaume chérifien, l’Algérie et le Polisario en tête du peloton, le nouveau texte, précise un diplomate américain basé à New-York, ne comporte aucune mention à un quelconque mécanisme de contrôle des droits de l’homme au Sahara Occidental et ne mandate pas non plus, la MINURSO d’en surveiller les abus.
Contrairement la version initiale du rapport du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, dans laquelle il recommandait la surveillance « durable, indépendante et impartiale » du respect des droits de l’homme au Sahara occidental, le projet de texte américain se contente d’inciter les parties au conflit, à respecter ces droits dans la zone contestée du Sahara marocain et dans les camps de Tindouf.
Il s’agit donc d’un «texte neutre» que les 15 membres du CS devraient adopter mardi prochain qui répond apparemment, aux vœux de la partie marocaine. En revanche, le projet de résolution est perçu une véritable gifle politique infligé au Polisario et à l’Algérie ainsi qu’aux nombreux cabinets de lobbying et en particulier le Centre Robert Kennedy (RFK) de l’activiste américaine, Kerry Kennedy. Celle-ci a mené tambours battants, ces dernières semaines, une vaine campagne internationale en faveur d’un mécanisme onusien de surveillance des droits de l’homme au Sahara Occidental.
Mais, c’était sans compter avec la vigilance de la diplomatie marocaine et surtout la réactivité intelligente du Roi Mohammed VI qui intervient chaque fois, au bon moment pour corriger le tir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*