Polisario : l’aide internationale au compte-gouttes depuis le scandale des détournements

tindooufL’appel lancé dimanche par le Polisario pour l’aide humanitaire internationale risque fort de ne pas trouver d’écho, la communauté internationale étant devenue très méfiante après le scandale des détournements à grande échelle de l’aide destinée aux camps de Tindouf.

Pour les responsables du Polisario, les besoins sont estimés à 10 millions de dollars pour fournir des vivres à la population des camps de Tindouf jusqu’au mois de juillet. Mais les donateurs internationaux sont devenus plus prudents. Echaudés par les révélations de l’Office de Lutte Anti-fraude de l’UE sur l’existence d’un système structuré de détournement par le Polisario et l’Algérie, les donateurs préfèrent attendre pour y voir plus clair.

D’autres ont tout simplement réduit leur aide de manière draconienne. C’est le cas de l’Union européenne, mais également de l’Espagne. L’assistance espagnole a en effet baissé de 10 millions de dollars à moins de 7,5 millions par an à cause des détournements.

A cause aussi de ces révélations dans lesquelles l’OLAF a pointé la responsabilité de dirigeants algériens et de dignitaires du Front Polisario, le Conseil de sécurité avait réitéré son appel à l’Algérie pour procéder au recensement de la population sahraouie des camps contrôlés par le Polisario à Tindouf.

Le Parlement européen, de son côté, n’a pas hésité en décidant dans une résolution votée fin avril, que l’aide de l’UE devait à l’avenir être conditionnée au recensement des bénéficiaires afin d’éviter de tels abus. Les détournements systématiques étalés sur plusieurs années se faisaient sur la base du chiffre de 160.000 personnes présenté par l’Algérie.

Mais les estimations établies par l’UE sur la base d’observations par satellite et d’évaluations scientifiques, font ressortir un chiffre d’environ 90.000 habitants des camps de Tindouf seulement. C’est cette énorme différence entre les deux chiffres qui a permis, entre autres, l’organisation de ces détournements massifs, avait conclu l’OLAF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*