Le Polisario mis dans l’embarras par la Commission européenne

bruxelles-polisarioLa Commission européenne a mis dans l’embarras la direction du Polisario  en maintenant sa décision de ne pas augmenter ses aides destinées aux populations des camps de Tindouf, a affirmé le Commissaire européen chargé de l’aide humanitaire, Christos Stylianides.

En réponse à une question écrite d’un eurodéputé, Stylianides a déploré «l’absence d’un recensement», rappelant que l’aide européenne a atteint un cumul de 213 millions d’euros depuis 1993, soit plus de 40 pc de l’ensemble de l’aide internationale.
C’est un nouveau coup dur pour les dirigeants du Polisario qui sont déjà confrontés à une forte grogne populaire suite aux détournements répétitifs des aides humanitaires internationales.

Cette décision, on l’explique à Bruxelles, par le rejet par Alger et le Polisario d’un recensement des populations des camps et l’existence de détournements massifs de l’aide humanitaire dont profitent les cadres et notables du Polisario et leurs complices algériens.

Après l’éclatement du scandale des détournements à grande échelle des aides européennes, révélé par l’Office européen de lutte anti-fraude (OLAF), la plupart des bailleurs de fonds ont revu à la baisse leur aide ou l’ont totalement suspendue.

Ces détournements ont été également dénoncés par de nombreuses ONG et acteurs humanitaires, dont le Programme alimentaire mondiale (PAM) et le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) qui estime la population des camps de Tindouf,  à 90.000 personnes au lieu des 160.000 âmes qu’avancent le Polisario et l’Algérie pour amplifier le volume des aides sollicitées.

La commission européenne a insisté à la même occasion, sur la nécessité de parvenir à une «solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable» au conflit territorial du Sahara imposé par l’Algérie à son voisin marocain depuis l’époque de la guerre froide.

«L’UE est préoccupée par la persistance de ce conflit régional qui n’a que trop duré et par ses implications sur la sécurité de la région», a souligné la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Sécurité et vice-présidente de la CE, Federica Mogherini, en réponse à une question écrite d’un eurodéputé sur le rôle que doit jouer l’UE dans le règlement de ce conflit.

Elle a néanmoins précisé, que l’UE ne prendra aucune mesure de nature à entraver le processus de règlement mené par l’ONU tout en soutenant les efforts de son secrétaire général pour parvenir à une solution durable de ce conflit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*