Fortes agitations à Alger et Tindouf à l’approche de l’anniversaire de la Marche verte

mohammed6-layouneDe fortes agitations et des signes de nervosité inhabituels sont signalés tant à Alger que dans le camp de Rabouni où loge le Front Polisario et ce à l’approche de l’anniversaire de la Marche Verte que le Maroc s’apprête à fêter en grandes pompes ce vendredi 6 novembre.

Dans les camps de Tindouf, on apprend de sources sahraouies fiables, que le chef du Polisario, Mohammed Abdelaziz et ses hommes de confiance multiplient les rencontres à huis-clos avec leurs parrains algériens, pour calculer l’étendue de l’impact de la visite annoncée du Roi Mohammed VI à Laâyoune, chef-lieu du Sahara Occidental, sur leurs revendications indépendantistes.

La commémoration du 40ème anniversaire de la Marche verte qui a sonné le glas en 1975, de l’occupation espagnole de la zone sud du Maroc, revêt cette année, un caractère tout à fait spécial et une dimension outre-mesure avec la présence du Roi Mohammed VI à Laâyoune, d’où il adressera à la Nation, son discours traditionnel.

Les inquiétudes et appréhensions des gouvernants d’Alger et des dirigeants du Polisario, sont accentués par l’annonce anticipée par les médias marocains, de l’inauguration et du lancement d’une multitude de grands projets, une sorte de plan Marshall d’un coût global de 140 milliards de dirhams, destiné au développement intégré et global des provinces sahariennes marocaines.

Mais ce qui surexcite le plus les dirigeants d’Alger et du Polisario, c’est que la visite royale dans la zone sud du Royaume, constitue le début de la mise en œuvre de la régionalisation avancée, autrement dit du plan d’autonomie du Sahara que le Polisario et l’Algérie ont fait des mains et des pieds pour qu’il ne soit pas retenu comme solution au règlement du conflit territorial opposant les deux voisins marocain et algérien.

A travers ce plan d’autonomie qualifié par ailleurs, de « sérieux et crédible » notamment par les Etats-Unis et la France, membres permanents du Conseil de Sécurité, Rabat envisage d’accorder sous souveraineté marocaine, de larges prérogatives d’autogestion pour les habitants des provinces sud.

C’est ce qui explique, selon nos sources à Rabouni, la forte excitation des hommes de Mohammed Abdelaziz, et à un degré élevé, les généraux du Département de renseignement et de sécurité (DRS- services secrets militaires) de l’Algérie qui ne lâche pas prise dans ses ambitions hégémonistes et dans la bataille effrénée qu’elle livre au Maroc pour nuire à son intégrité territoriale et à sa stabilité.

Mais qu’à cela n’en tienne, le Maroc fort de la légitimé historique de sa cause, poursuit paisiblement son bonhomme de chemin en faisant sien l’adage qui dit que «les chiens aboient et la caravane passe».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*