« Le terrifié », un documentaire sur les violations des droits de l’Homme à Tindouf

«Le terrifié», est l’intitulé d’un documentaire filmé de 56 minutes projeté le 13 juillet en avant-première à Rabat. Réalisé par deux libanais, Rouayda Marwa et Mahmoud Al Fakih, ce film retrace, grâce aux témoignages de Sahraouis ayant rallié le Maroc, les atrocités des crimes et des tortures qui sont commis depuis plus de 36 ans dans les camps de Tindouf par les tortionnaires du Polisario avec le consentement inavoué des autorités d’Alger. « L’idée est de donner une nouvelle dimension à l’approche sur les situations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf, à travers un film documentaire », a expliqué Rouayda Marwa, présidente-fondatrice et directrice exécutive du Centre international pour le développement, la formation et la résolution des conflits, qui a produit ce film. « Nous avons filmé avec des Sahraouis, hommes et femmes, qui ont rallié le Maroc et qui ont témoigné des tortures, dont ils avaient été victimes, ainsi que leur déportation à Cuba « , a précisé Rouayda, dans un entretien diffusé par une chaîne de télévision marocaine.

Ce documentaire, qui raconte les déchirures nées de la séparation de milliers d’enfants de leurs parents séquestrés à Tindouf après leur déportation à Cuba, est interprété par plusieurs Sahraouis, dont, Saadani Maa El Ainine, Rabia Zouin, et Ahmed El Khar, tous d’anciens détenus des geôles du Polisario dans les camps de Tindouf. La projection du documentaire « Le terrifié », a coïncidé avec le ralliement, la semaine dernière, d’un nouveau groupe de Sahraouis qui ont fui l’enfer de Tindouf pour rejoindre leur mère-patrie et renouer avec leurs proches après de longues années de séparation forcée. Le groupe en question est composé de 15 Sahraouis dont trois enfants, tous originaires de la tribu Rguibat Al Bihat. Parmi ces nouveaux ralliés, figurent aussi certaines personnes ayant bénéficié du programme d’échange de visites familiales qui ont choisi de ne plus retourner dans les camps de Lahmada, mettant ainsi fin aux dures exactions qu’elles ont vécues. Dans des déclarations à la presse, un des membres du groupe de ralliés, Al Houssine Ben Moussa, s’est dit ravi du retour de son retour à la mère-patrie, après tant d’années de souffrances et de privation dans les camps de la honte, en territoire algérien. Il a également exprimé la fierté de tous les membres de la tribu Rguibat Al Bihat de ces retrouvailles familiales, tout en déplorant les conditions de vie « lamentables » imposées aux populations sahraouies séquestrées dans les camps de Tindouf. Al Houssine Ben Moussa, fait part de l’appui de tous les membres de ce groupe à l’instar de l’ensemble des Sahraouis marocains, à l’initiative marocaine d’autonomie comme solution pacifique au vieux conflit du Sahara.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*