Sahara occidental : soulagement des sahraouis de Tindouf après l’appel au recensement

sahara_21Le moral des dirigeants du Polisario est au plus bas depuis la publication du rapport du Secrétaire général de l’Onu, au moment où la satisfaction est visible parmi les sahraouis des camps de Tindouf, qui voient dans le nouveau rapport onusien une lueur d’espoir pour un début de règlement de la question du Sahara occidental.

Pratiquement tous les sahraouis de Tindouf opposés à la ligne de Mohamed Abdelaziz qu’ils jugent entièrement acquise à l’Algérie, se réjouissent des recommandations de Ban Ki-Moon. Car, contrairement aux attentes du Polisario et de l’Algérie, le secrétaire général des Nations Unies appelle pour la première fois au recensement de la population des camps de Tindouf.

Une très mauvaise nouvelle pour les responsables algériens qui ont constamment avancé le nombre de 155.000 sahraouis vivant dans les camps. Un chiffre largement surévalué selon l’Office anti-fraude de l’Union européenne. L’OLAF a en effet mis au jour en janvier dernier, des détournements à grande échelle de l’aide humanitaire internationale destinée à la population des camps de Tindouf.

Se basant sur une évaluation réalisée par le Centre commun de  recherche (CCR) de l’Union européenne, notamment à partir d’images satellites, l’OLAF estime le nombre à seulement 90?000. C’est ce grand différentiel entre les deux chiffres qui a permis des détournements d’une telle ampleur et sur une période de plusieurs années, conclut l’Office européen.

Aussi l’appel de l’Onu au recensement intervient-il à un moment où les camps de Tindouf vivent au rythme des protestations et de la contestation. Que ce soit Khat Achahid, dirigé par l’ancien responsable du Polisario, le dissident Mahjoub Salek, ou le Mouvement des Jeunes pour le Changement, les opposants au chef du Polisario ne se comptent plus.

Dans les camps, de plus en plus de jeunes surmontent leur peur face aux milices du Polisario et expriment ouvertement leur colère contre Mohamed Abdelaziz et ses lieutenants. Une irrépressible hostilité que les sahraouis de Tindouf attribuent à l’inféodation inconditionnelle des dirigeants du Polisario à l’Algérie, dont les responsables instrumentalisent la question du Sahara au service de leur propre agenda politique dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*